+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Boiseries du Café militaire

Boiseries du Café militaire

Claude-Nicolas Ledoux
1736-1806

Musée Carnavalet - Histoire de Paris
1762
BO 121 / 1 à 4

La mode des cafés se répand avec celle de la boisson du même nom à la fin du XVIIe siècle. Le premier établissement du genre, le Procope, ouvre rue de l'Ancienne-Comédie, en 1675. Ces " maisons de café " se multiplient au XVIIIe siècle. On y goûte - pour les hommes du moins - une liberté toute nouvelle : celle de se réunir, hors d'un cadre familial ou social bien défini, pour le seul plaisir de discuter, de refaire le monde.
Élevé en 1762, au rez-de-chaussée d'un immeuble de la rue Saint-Honoré (à l'emplacement actuel du Louvre des Antiquaires), le café militaire était réservé aux officiers. Son décor est l'une des premières commandes parisiennes de Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806). Ledoux qui commença sa carrière comme décorateur, se fit connaître comme architecte en travaillant pour la Du Barry, Louis XV, et les fermiers généraux.
La sobriété et la rigueur de cet espace évoquent, selon les mots même de Ledoux, " un campement militaire bien ordonné pour le repos des militaires après un combat victorieux ". Tout autour de la salle, les faisceaux de lances, liés par les feuilles du laurier de la victoire, forment douze colonnes triomphales qui rythment l'alternance des miroirs et des panneaux sculptés. Comme les casques et les chimères qui couronnent les faisceaux, le décor sculpté des lambris de hauteur est d'inspiration antique et guerrière : trophées d'armes, étendards, boucliers où grimacent des têtes de Méduse, couronnes de lauriers.
A l'opposé du foisonnement sinueux et délicat du rocaille, Ledoux compose un décor viril. Verticalité des faisceaux et des moulures, symétrie et simplicité des ornements témoignent de la nouvelle orientation du goût.
A partir des années 1750-1760, des théoriciens, des artistes refusent les formes contournées, " capricieuses ", au nom du retour à la beauté et à la grandeur antiques. Ce nouvel idéal esthétique que l'on appelle néo-classicisme triomphe sous Louis XVI. Des formes plus dépouillées et plus rigides s'imposent aussi bien en architecture, qu'en peinture ou dans les arts décoratifs.

En savoir +

Commanditaire : Henri Alexandre Godeau, "marchand distillateur" propriétaire du Café Militaire, rue Saint-Honoré (nº105, sous l'Empire et nº 201, sous la Monarchie de juillet); portion de la rue Saint-Honoré détruite en 1850.

Salle : Salle 30 / Café militaire
Collection : Mobilier
Mode d'acquisition : Don de la Société des Amis du musée Carnavalet en 1970


© Musée Cernuschi