+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

La Crypte achéologique du parvis de Notre-Dame et les Catacombes de Paris

Le musée Carnavalet – Histoire de Paris, c’est aussi : la Crypte archéologique du parvis Notre-Dame et les Catacombes de Paris (rattachées à Carnavalet respectivement en 2000 et 2002) , soit trois lieux dédiés à l’histoire et à la mémoire de Paris.


 

La Crypte Archéologique


Aménagée en 1980 sous le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris pour présenter les vestiges archéologiques découverts lors des fouilles réalisées entre 1965 et 1972, la Crypte offre un panorama unique sur l’évolution urbaine et architecturale de l’île de la Cité, cœur historique de Paris.
En découvrant les bâtiments qui se sont succédés sur le site, de l’Antiquité au XXe siècle, le visiteur remonte le fil du temps. Quai du port de l’antique Lutèce, établissement de bains publics gallo-romain, mur d’enceinte du début du IVe siècle, sous-sol de l’ancienne chapelle de l’Hôtel-Dieu, restes médiévaux de la rue Neuve Notre-Dame, fondations de l’Hospice des Enfants-Trouvés, tracés des égouts haussmanniens : le passé, antique, médiéval et classique, revit.
Ranimant la mémoire d’un des plus anciens quartiers parisiens, la Crypte montre comment la ville, depuis plus de deux mille ans, n’a cessé de se reconstruire sur elle-même.


 

Les Catacombes de Paris


Véritable labyrinthe au cœur du Paris souterrain, les Catacombes ont été aménagées dans les galeries d’anciennes carrières dont les pierres servirent à la construction de la capitale.
À 20 mètres sous terre, l’ossuaire, rassemble les restes d’environ six millions de Parisiens, transférés entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle, au fur et à mesure de la fermeture des cimetières pour raison d’insalubrité – le premier fut le cimetière des Innocents dans l’actuel quartier des Halles en 1785.
Le long d’un enchevêtrement de galeries obscures et de couloirs étroits, le visiteur découvre une mise en scène de la mort avec les ossements disposés en un décor romantico-macabre. « Arrête, c’est ici l’empire de la mort » : placé à l’entrée de l’ossuaire, cet alexandrin ouvre une longue série de sentences, poèmes et autres textes profanes ou religieux, qui ajoutent une dimension méditative au parcours.
Piliers de soutènement, cloche de fontis ou encore bain de pieds des carriers évoquent l’origine des lieux, les carrières de calcaire, tout en aiguisant la curiosité du visiteur.
Ce site unique restitue de manière émouvante l’histoire des Parisiens et invite à un voyage hors du temps.

Crédits photographiques: La crypte archéologique © Philippe Ladet
Les catacombes de Paris © Alain Lahut