+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Une exécution capitale, place de la Révolution

Une exécution capitale, place de la Révolution

Pierre-Antoine Demachy
(1723 -1807)

Musée Carnavalet - Histoire de Paris
Vers 1793
Huile sur papier marouflé sur toile
Hauteur: 37 cm Longueur: 53,5 cm
P 1980

Célèbre pour ses vues de Paris, Demachy illustre aussi l’actualité. Les deux façades de Gabriel plantent le décor. La guillotine tient le premier rôle. Toutefois, l’artiste n’a pas fixé l’instant décisif. Le condamné est peint du même pinceau « impressionniste » que la foule sagement massée au pied de l’échafaud. Demachy réagit d’abord en coloriste : rose fuchsia d’une jupe, blanc éclatant d’un bonnet pour éclairer la gamme un peu sourde des costumes, et bleu pour illuminer les gris-mauve des nuages.

En savoir +

Le 10 octobre 1789, l’Assemblée constituante adopta, sur proposition du docteur Guillotin, la machine du mécanicien allemand Schmitt et du docteur Louis : «deux montants à glissière éloignés de deux pieds de distance, un tranchoir de bonne trempe, avec un poids pour lester la lame et accentuer la force du coup». La décapitation n’était plus le privilège de la noblesse.
La première exécution, celle d’un condamné de droit commun, eut lieu le 25 avril 1792.
À partir d’août 1792, la nouvelle machine, qui avait pris le nom de guillotine, fut associée aux exécutions politiques qui suivirent la chute de la monarchie et devint bientôt le symbole de la Terreur.

Salle : Salle 108
Collection : Peintures
Mode d'acquisition : Achat en 1961
  • 25820-2bd.jpg


© Musée Cernuschi