+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Plan de Paris par Bullet et Blondel

Plan de Paris par Bullet et Blondel

Anonyme

Musée Carnavalet - Histoire de Paris
1671-1676
Estampe
Non renseigné
Topo plan anciens de Paris 19-19 bis

À partir des années 1670, les anciennes murailles de Paris furent abattues et laissèrent place au « cours » ou « nouveau boulevard » sur la rive droite. Paris cessait d’être la ville close qu’elle était depuis le IVe siècle pour devenir, comme Lutèce au Haut-Empire, une ville ouverte, annexant ses faubourgs et en communion avec une vaste banlieue où ses notables érigeaient leurs maisons de plaisance. « Si l’on a entrepris une nouvelle enceinte de Paris, écrit le commissaire au Châtelet Delamare, au lieu de murs, de courtines et de bastions, qui marquaient autrefois la crainte des habitants, c’est un cours pour leurs délices, qui a fait connaître la magnificence de leur ville et la sécurité publique ». La démolition de l’ancienne enceinte avait aussi une valeur symbolique. « Les anciennes bornes de la France rétablies de tous les côtés, la capitale, qui était presque frontière, se trouve aujourd’hui au centre du royaume, ajoute Delamare. En cet état, à l’abri des conquêtes de son auguste monarque, elle n’a plus rien à craindre. Tout ce qui avait été fait dans les siècles passés pour la mettre à couvert de ses ennemis lui est désormais devenu inutile : aussi ses habitants n’ont-ils plus entrepris d’ouvrages qu’à la gloire du roi, pour lui marquer leur zèle et leur reconnaissance ou pour la commodité ou pour l’embellissement de leur ville. C’est pourquoi nous ne verrons plus que des fossés comblés, des portes abattues, des arcs de triomphe élevés aux places qu’elles occupaient, de nouvelles rues bâties sur les ruines des anciennes fortifications. ».

En 1675, Claude Le Peletier, prévôt des marchands et futur successeur de Colbert au contrôle général des Finances, faisait valoir au corps de ville « l’avantage que l’on pouvait espérer d’un plan exact et fidèle de Paris, sur lequel on marquerait les changements qui pourraient y être faits dans la suite pour la commodité publique, pour faciliter les communications des quartiers et pour l’embellissement de cette ville ». Ce plan fut exécuté par Pierre Bullet, « architecte du roi et de la ville », sous la direction de François Blondel, le directeur de l’Académie d’architecture, et déposé à l’Hôtel de Ville en août 1676 pour servir lors des prochains travaux.

Le plan,  appelé communément plan de Bullet et Blondel ou plan de Blondel, donne non seulement  « l’état présent de la ville de Paris » mais aussi « les ouvrages qui ont été commencés par les ordres du roi et qui peuvent être continués pour la commodité publique ». Il s’agit donc d’un véritable plan d’urbanisme. Le plan de Blondel prévoit la création de nouveaux boulevards plantés d’arbres, quelques prolongements et élargissements de rues, la création de portes et de fontaines. L’enceinte toute entière doit laisser place à un « cours » arboré, « ceinture verte » avant l’heure.

Auteur de la notice : Thierry Sarmant
Salle : Réserve du cabinet des arts graphiques
Collection : Cabinet des arts graphiques
  • 1676_bullet.jpg


© Musée Cernuschi