+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

En savoir plus sur l'hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau

L'hôtel est annexé par le musée Carnavalet

En 1968, la bibliothèque déménagea de nouveau pour aller s’installer à l’hôtel Lamoignon, rue Pavée, ceci en vue d’une extension devenue indispensable du musée ; il fallut pourtant attendre 1984 pour que le projet prenne corps et 1989, après cinq ans de travaux, pour que l’hôtel Le Peletier ouvre enfin ses portes au public. Une galerie passant au premier étage du lycée Victor Hugo (prévue lors de la construction de ce dernier, mais jamais utilisée jusque là), joint les deux bâtiments. Dans l’hôtel Le Peletier sont présentées les collections de la période révolutionnaire, du XIXe et du XXe siècles. Conformément à une tradition qui remonte aux origines du musée Carnavalet, on y a remonté plusieurs décors provenant d’édifices parisiens : la boutique du bijoutier Georges Fouquet, autrefois rue Royale, réalisée, en 1901, suivant le projet d’Alphonse Mucha (1860-1939) ; un salon particulier, daté de 1899, provenant du Café de Paris, célèbre restaurant qui se trouvait avenue de l’Opéra, dû à la collaboration d’Henri Sauvage (1873-1932) et de Louis Majorelle (1859-1926) ; la salle de bal de l’hôtel de Wendel (avenue de New-York), aux fastueuses compositions murales peintes en 1925 par José-Maria Sert (1876-1945).

 

L’hôtel Le Peletier abrite aussi le cabinet des arts graphiques et le cabinet de numismatique du musée.

 

L’orangerie
L’orangerie, où étaient présentées, depuis les années 1920, les collections lapidaires de la Ville de Paris, a été entièrement réaménagée en 2000. On y présente une sélection du riche fonds archéologique municipal qui s’est récemment enrichi des trouvailles du site de Bercy (fouillé en1991-1992) et notamment de plusieurs pirogues vieilles de plus de 6500 ans.
Elle s’ouvre sur le square Georges Cain, aménagé en 1923, qui conserve les dimensions de l’ancien jardin de l’hôtel. En son centre, un massif de fleurs remplace le bassin mentionné dans les descriptions anciennes. On y a installé une sculpture d’Aristide Maillol, (1861-1944) l’Ile de France (1925), qui remplace depuis 1993 la Flore de Philippe Magnier (1647-1715) – aujourd’hui au Louvre –, qui y avait été placée en 1926.
Sur le mur mitoyen du lycée Victor Hugo sont remontés des éléments architecturaux provenant de divers bâtiments parisiens disparus, et notamment de l’ancien Hôtel de Ville et du palais des Tuileries.

Crédit photographique: Salle des droits de l'homme © DAC - Antoine Dumont