+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer
Sheila Hicks
  • Vincent Pontet
  • Vincent Pontet
  • Vincent Pontet

Sheila Hicks "Apprentissage"

Mardi 13 septembre au dimanche 2 octobre

En 1964, Sheila Hicks choisit de s’installer à Paris pour y menersa vie et fonder son atelier. Née au Nebraska en 1934, élève de Josef Albers et Georges Kubler à la Yale School of Art and Architecture, riche de ses voyages en Amérique du Sud et de cinq années au Mexique, son atelier parisien devient alors le centre,toujours actif, d’une oeuvre ouverte, où fils et textiles donnent forme à un « langage international » tactile, sensible et immédiat. Pour elle, la création est un processus en mouvement, qui se nourrit des rencontres et dialogues qui la marquent, des cultures et des techniques étudiées, des architectures investies. Apprentissages est un parcours en trois temps, déployé de septembre à décembre, aux apparitions successives, intimement liées à la géographie parisienne. Premier temps au Musée Carnavalet, où l’univers de Sheila Hicks dialogue avec l’architecture éclectique de ce musée dédié à l’histoire de Paris, notamment dans la galerie de l’Hôtel Carnavalet, côté jardin,sur la Cour des Marchands-Drapiers. Second moment, à découvrirau cours de promenades urbaines, avec un ensemble de vitrines habitées par les gestes caractéristiques de son vocabulaire chromatique, textile et pictural. Un final, enfin, au sein du vaste Atelier décor de Nanterre-Amandiers, ouvert au public pour l’occasion, où l’artiste redéploie, au sein d’une architecturerésolument moderne, les oeuvres exposées précédemment.Puisque rien n’est jamais figé, qu’il faut rester curieux, Apprentissages souhaite être un parcours « initiatique » ouvert, où la rencontre avec l’art et la matière enrichit l’expérience commune, de nos corps, de notre mémoire, celle de l’artiste comme celle de chacun d’entre nous. Depuis les années 1960, Sheila Hicks élabore une oeuvre qui trouve son point d’équilibre à la croisée des arts appliqués et de l’art contemporain. En 2016, elle participe notamment à la 20e Biennale de Sydney, au Glasgow International Festival et à Weaving & We–2nd Triennial of Fiber Art de Hangzhou. La même année, le Joslyn Art Museum d’Omaha (Nebraska) lui consacre une rétrospective intitulée Sheila Hicks: Material Voices. EnFrance, elle a exposé en 2014 au Palais de Tokyo (Paris) et auConsortium (Dijon) ; à l’étranger, à la 30e Biennale de São Pauloen 2012, à la Biennale du Whitney (New York) en 2014 et à laHayward Gallery (Londres) en 2015.

Infos pratiques

MUSÉE CARNAVALET 

16 rue Francs-Bourgeois - 75003 Paris
Tél. : 01 44 59 58 58 ; Fax : 01 44 59 58 10
Ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h
sauf certains jours fériés.

Dernier accès pour les visiteurs individuels à 17H30.

Espace presse

THE MARAIS AND ITS LEGACY

Le Marais en héritage(s)
  • affiche_mupi_marais.jpg

Le Marais en héritage(s)

50 ans de sauvegarde depuis la loi Malraux

4 novembre 2015 — 28 février 2016

Visionnaire, la loi Malraux votée le 4 août 1962 permet la sauvegarde de quartiers historiques. Près de vingt ans après la Seconde Guerre mondiale, le patrimoine doit être ravalé, restauré, et remis en valeur. Le Marais, qui recouvre 126 hectares, bénéficie du premier Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur. L’exposition s’attache à faire ressortir les personnalités d’hier et d’aujourd’hui qui, depuis André Malraux, ont contribué à donner à l’architecture et au patrimoine du Marais un élan novateur. Quelles ont été les opérations de sauvegarde et de rénovation les plus significatives ? Quel peut être le bilan des échanges entre la conservation des Monuments historiques et l’évolution économique, sociale et culturelle du quartier ? Quelle est la vision de ses habitants à l’heure du second Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais voté en décembre 2013 ? Grâce à l’apport de recherches récentes et de documents inédits, cette exposition éclairera la politique de l’architecture et du patrimoine à l’oeuvre pendant 50 ans dans un quartier parisien exceptionnel. Le parcours multisensoriel et multidimensionnel agira tel un kaléidoscope de couleurs, d’images et de perceptions. Les créateurs, photographes, réalisateurs, historiens,amateurs et habitants du Marais en seront les révélateurs, contribuant ainsi à faire rayonner les potentiels de développement etl’attractivité d’un quartier qui abrite, en son coeur le Musée Carnavalet.

01.jpg
02.jpg
03.jpg
04.jpg
05.jpg
06.jpg
07.jpg
08.jpg
09.jpg
10.jpg
11.jpg
12.jpg
13.jpg
14.jpg
15.jpg
16.jpg

Billetterie

Achetez votre billet en ligne pour les expositions et profitez d'un coupe-file

Infos pratiques

MUSÉE CARNAVALET 

16 rue Francs-Bourgeois - 75003 Paris
Tél. : 01 44 59 58 58 ; Fax : 01 44 59 58 10
Ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h
sauf certains jours fériés.

Dernier accès pour les visiteurs individuels à 17H.

 

TÉLÉCHARGER LE DOSSIER PÉDAGOGIQUE

TÉLÉCHARGER L'AIDE À LA VISITE

Catalogue de l'exposition

Le Marais en héritage(s)
Le Marais en héritage(s)

Ouvrage collectif sous la direction de Valérie Guillaume avec Stella Melbye

Ouvrage broché ; Format :24 x 35 cm
Nombre de pages : 168 pages
Nombre d'illustrations : 130
Prix : 29 €
ISBN :978-2-7596-0306-0
Napoléon et Paris
  • aff-mupi-120x176.jpg
  • Exposition du Congrès de Vienne

Napoléon et Paris

Rêves d'une capitale

8 avril - 30 août 2015

Principal théâtre politique de l’épopée napoléonienne, Paris fut aussi une des préoccupations majeures du premier consul puis de l’empereur. Le propos de cette exposition est d’illustrer les rapports complexes entretenus par Napoléon Bonaparte avec la capitale.

Paris fut le lieu où se montra sous le jour le plus révélateur sa double identité d’héritier des Lumières et de promoteur d’un nouvel absolutisme. Après avoir rappelé les étapes parisiennes de l’épopée napoléonienne, depuis sa jeunesse jusqu’à sa seconde abdication, l’exposition évoquera les acteurs de l’administration d’une cité alors peuplée de 600 000 habitants.

Dans un Paris conçu comme le centre de la vie politique, diplomatique et mondaine du « Grand Empire », le palais des Tuileries devient la résidence officielle de l’empereur et accueille la nouvelle cour, ainsi que les élites de toute l’Europe.

Administrateur de génie mais aussi visionnaire, Napoléon rêve de grands monuments pour Paris et de projets d’urbanisme, qui annoncent les grandes transformations que connaîtra la capitale sous Napoléon III.

L’exposition s’achève sur le souvenir que Napoléon a laissé à Paris, à travers des monuments comme la colonne Vendôme ou le tombeau de l’empereur.

 

Au même moment, dans le cadre d’une « saison Napoléon » au musée Carnavalet – Histoire de Paris, est présentée l’exposition « Paris-Vienne : 1814-1815. Naissance d’une nouvelle Europe » organisée par le ministère des Affaires étrangères.

Informations : Cliquez ici

Billetterie

Achetez votre billet en ligne pour les expositions et profitez d'un coupe-file

Infos pratiques

MUSÉE CARNAVALET 

16 rue Francs-Bourgeois - 75003 Paris
Tél. : 01 44 59 58 58 ; Fax : 01 44 59 58 10
Ouvert tous les jours, de 10 h à 18 h
sauf les lundis et certains jours fériés.

Dernier accès pour les visiteurs individuels à 17H.

 

TELECHARGER LE PARCOURS JEUNE PUBLIC 

 

TELECHARGER LE DOSSIER PEDAGOGIQUE DE L'EXPOSITION


 

Catalogue de l'exposition

Napoléon et Paris
Napoléon et Paris

Ouvrage collectif sous la direction de Thierry Sarmant avec Florian Meunier, Charlotte Duvette et Philippe de Carbonnières

Ouvrage relié ; Format :24 x 30 cm
Nombre de pages : 320 pages
Nombre d'illustrations : 250
Prix : 44,90 €
ISBN :978-2-7596-0292-6

Paris freed, Paris photographed, Paris exhibited.

TRANSPOSITIONS
  • Transpositions - Elliott Barnes à Carnavalet_20 - 25 mai 2014 - photo Francis Amiand

TRANSPOSITIONS

ELLIOTT BARNES AU MUSEE CARNAVALET

20 mai 2014 - 25 mai 2014

A l’occasion des Designer's Days 2014 (D’Days), le musée Carnavalet, consacré à l’histoire de Paris, s’associe à l’architecte américain Elliott Barnes pour présenter l’exposition « Transpositions » du 20 au 25 mai 2014.

 

Dans les salons et boudoirs de l’hôtel Carnavalet, habillés de boiseries provenant d’anciens hôtels particuliers parisiens, l’exposition est l’occasion de faire dialoguer le mobilier du XVIIIe siècle avec la création contemporaine, l’éclairant ainsi d’un jour nouveau.

 

Conjuguant les œuvres dessinées par Elliott Barnes, cette installation met en lumière le processus d’abstraction et l’importance des détails dans la lecture et la compréhension d’un objet.

 

Les pièces de mobilier, la plupart éditées par Ecart International, sont réalisées grâce à l’innovation, la créativité et les savoir-faire des artisans d’aujourd’hui. Ces qualités sont également à l’honneur dans la collection de meubles du musée Carnavalet, nés dans les ateliers des menuisiers de la rue de Cléry ou des ébénistes du faubourg Saint-Antoine comme Riesener et Weisweiller.

 

 

Elliott Barnes vit et travaille à Paris. En 1987, il a rejoint Andrée Putman : collaborateur, puis associé, il a dirigé son agence de 1997 à 2003. Il a créé elliott barnes interiors en 2004 et réalise de multiples projets en France et à l’étranger.

Infos pratiques

Salons du XVIIIe siècle


Gratuit


Télécharger le parcours

Espace presse

PARIS LIBÉRÉ, PARIS PHOTOGRAPHIÉ, PARIS EXPOSÉ.
  • affiche_paris_libere_carnavalet.jpg

PARIS LIBÉRÉ, PARIS PHOTOGRAPHIÉ, PARIS EXPOSÉ.

11 juin 2014 - 8 février 2015

À l’occasion du 70e anniversaire de la libération de Paris et dans le cadre du Mois de la Photographie, le musée Carnavalet présente l’exposition «  Paris libéré, Paris photographié, Paris exposé ».

Le 25 août 1944, Paris est libéré par la 2e Division blindée du général Leclerc et les Alliés. Deux mois et demi après, alors que la France et les Alliés se battent encore contre les nazis, le musée Carnavalet écrit déjà l’histoire en ouvrant le 11 novembre 1944 une exposition sur la Libération. En effet, dès septembre, François Boucher, conservateur du musée Carnavalet et résistant, souhaite « réunir les documents indispensables à l’historien de l’avenir ». Il lance alors un appel dans la presse afin de « constituer une documentation très complète sur les journées de la libération de Paris » et sollicite de nombreuses institutions. Cette exposition, réalisée sur le vif et portée davantage sur l’émotion que sur la véracité historique, rencontre alors un véritable succès populaire.

« Paris libéré, Paris photographié, Paris exposé » revient sur l’exposition de 1944 en reprenant des photographies de Robert Doisneau, René Zuber, Jean Séeberger… que viennent enrichir et contextualiser des tirages, des films d’époque, des entretiens vidéos avec des témoins de la Libération, des livres publiés à chaud ou encore divers objets attestant de l’engagement des résistants parisiens pour leur cause… Cet ensemble inédit de témoignages variés permet de comprendre la fabrique de l’image en temps de guerre. Dans un face à face où photographies et films se répondent, le parcours montre que les mémoires individuelles et collectives se sont construites grâce aux images qui, avec le temps, font l’objet d’interprétations variées. Une installation audio-visuelle de l’artiste Stéphane Thidet illustre le lien complexe qui nous lie aux photographies et le médecin généticien Axel Kahn nous explique comment notre cerveau les mémorise.

Le musée Carnavalet propose un programme d’animations pendant toute la durée de l’exposition, disponible sur le site du musée www.carnavalet.paris.fr à partir du 1er juin.

Par ailleurs le Département des expositions de la Direction de l’Information et de la Communication, et le musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris – musée Jean Moulin, présentent l’exposition « Août 1944, Le combat pour la liberté», du 20 juin au 27 septembre 2014 salle Saint-Jean à l’Hôtel de ville. Hors les murs, des promenades parisiennes invitent à poursuivre la découverte de l’histoire de l’Insurrection et de la libération de Paris dans la ville.

Affiche de l’exposition de 1944

Affiche de l’exposition de 1944

26 août 1944 - Escorte du général de Gaulle place de la Concorde

26 août 1944 - Escorte du général de Gaulle place de la Concorde

Libération de Paris - non datée - Prisonniers  rapatriés, place de l'Opéra, 9ème arrondissement

Libération de Paris - non datée - Prisonniers rapatriés, place de l'Opéra, 9ème arrondissement

Doisneau Robert , 23 août 1944 - FFI, boulevards   Saint-Michel et Saint-Germain

Doisneau Robert , 23 août 1944 - FFI, boulevards Saint-Michel et Saint-Germain

Zuber René,

Zuber René, "La libération de Paris - Anita d'Almeda, soins aux blessés, 21 août 1944."

Zuber René,

Zuber René, "La libération de Paris - Le 26 août 1944 dans l'après-midi - La foule attend l'arrivée du général de Gaulle, rue de Rivoli près de l'Hôtel de Ville, 4e arrondissement."

"La libération de Paris - Le général Von Choltitz, gare Montparnasse, 4ème arrondissement, le 25 août 1944."

Jahan Pierre,

Jahan Pierre, "Libération de Paris - 22 août 1944 - Montrouge avenue de la République".

Schall Roger,

Schall Roger, "Partie de la rue de Rivoli interdite" 1940

Séeberger Jean, 28 août 1944 – D.C.A. américaine, place de Varsovie

Séeberger Jean, 28 août 1944 – D.C.A. américaine, place de Varsovie

Cohen Robert, Agence Internationale d'Illustration   pour la Presse (AGIP) - 25 août « L'accueil fait aux   soldats»

Cohen Robert, Agence Internationale d'Illustration pour la Presse (AGIP) - 25 août « L'accueil fait aux soldats»

Séeberger Jean,

Séeberger Jean, "Libération de Paris - 22 ou 23 août 1944 - Portrait du FFI Michel Aubry dans la Préfecture de Police, cour du 19 août 1944 (anciennement cour Chiappe), 4e arrondissement".

Le premier pain blanc

Le premier pain blanc" 24 août 1944."

Billetterie

Achetez votre billet en ligne pour les expositions et profitez d'un coupe-file

Infos pratiques

Musée Carnavalet 

16 rue Francs-Bourgeois - 75003 Paris
Tél. : 01 44 59 58 58 ; Fax : 01 44 59 58 10
Ouvert tous les jours, de 10 h à 18 h
sauf les lundis, jours fériés, dimanches de Pâques et de Pentecôte

Dernier accès pour les visiteurs individuels à 17H.

Découvrez la carte intéractive de l'exposition avec des témoignages et des documents inédits sur la libération de Paris.


Catalogue de l'exposition

Paris Libéré, Paris Photographié, Paris Exposé
Paris Libéré, Paris Photographié, Paris Exposé

Ouvrage collectif sous la direction de Catherine Tambrun

Ouvrage relié ; Format :22 x 27 cm
448 pages
Prix : 35,00 €
ISBN :978-2-7596-0245-2

 

ROMAN D’UNE GARDE-ROBE
  • © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

ROMAN D’UNE GARDE-ROBE

Le chic d’une Parisienne de la Belle Epoque aux années 30

17 octobre 2013 - 16 mars 2014

Imaginez-vous pousser la porte de l’une des plus grandes maisons de haute couture parisiennes au début du siècle dernier… Alice Alleaume, première vendeuse de 1912 à 1923 chez Chéruit, 21, place Vendôme, vous reçoit et vous propose de réaliser vos rêves les plus fabuleux…Ainsi, le musée Carnavalet présente, du 17 octobre 2013 au 16 mars 2014, une exposition hors les murs du Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, Roman d’une garde-robe, le chic d’une parisienne de la Belle Epoque aux années 30.

Cette garde-robe exceptionnelle, présentée pour la première fois, est celle d’Alice Alleaume. Elle révèle des robes griffées Chéruit, Worth et Lanvin, des chaussures du soir d’Hellstern, des chapeaux d’Alphonsine, Marcelle Demay, Madeleine Panizon, Le Monnier, des bandeaux du soir de Rose Descat, des bijoux…

L’influence familiale, la maison Chéruit et la place Vendôme, la vie professionnelle et les goûts de cette parisienne à la mode rythment le parcours de l’exposition. Et c’est tout le milieu de la couture, auquel la famille d’Alice Alleaume fut étroitement liée dès le Second Empire, qui se dévoile peu à peu.

Manuscrits et documents, carnets de vente et listes de clientes font revivre Alice, Adèle, sa mère « couturière en robes » et Hortense, sa sœur aînée, elle-même première vendeuse chez Worth, rue de la Paix. À travers les dépôts de modèles et échantillons des Archives de Paris, défilent les collections Chéruit été et hiver ; tandis que peintures et estampes du musée Carnavalet évoquent la rue de la Paix et la place Vendôme, temples du luxe, avant la guerre de 1914-1918.

Outre le caractère patrimonial et la qualité esthétique des pièces, cette collection - entrée récemment au Palais Galliera - raconte l’histoire, d’une famille, d’une parisienne, d’une maison de couture et compose le roman d’une garde‐robe.

Anonyme Femme à l’écharpe

Anonyme Femme à l’écharpe

Robe du soir (non griffée), début XXème siècle.

Robe du soir (non griffée), début XXème siècle.

Chéruit, ensemble, 1921-1922.

Chéruit, ensemble, 1921-1922.

Robe du soir (non griffée), vers 1922-1924

Robe du soir (non griffée), vers 1922-1924

Jeanne Lanvin,Robe du soir « Walkyrie » ou « Brunehilde », 1935.

Jeanne Lanvin,Robe du soir « Walkyrie » ou « Brunehilde », 1935.

Jeanne Lanvin, plastron et paire de manchettes « Sèvres », 1934-1935.

Jeanne Lanvin, plastron et paire de manchettes « Sèvres », 1934-1935.

Robe du soir (non griffée), 1920-1925.

Robe du soir (non griffée), 1920-1925.

Corsage (non griffé), vers 1925.

Corsage (non griffé), vers 1925.

Robe du soir « Sèvres », 1934-1935.

Robe du soir « Sèvres », 1934-1935.

Pierre Brissaud, Entre chiens et loup. Robe de ville de Worth, 1912.

Pierre Brissaud, Entre chiens et loup. Robe de ville de Worth, 1912.

G. Agié, Salon de vente Chéruit, 1910.

G. Agié, Salon de vente Chéruit, 1910.

G. Agié, Les mannequins, 1910.

G. Agié, Les mannequins, 1910.

Jean Béraud, La sortie des ouvrières de la maison Paquin, rue de la Paix, vers 1902.

Jean Béraud, La sortie des ouvrières de la maison Paquin, rue de la Paix, vers 1902.

H. Bocklage, Alice Alleaume, vers 1912.

H. Bocklage, Alice Alleaume, vers 1912.

Hellstern & Sons, paire de salomés du soir, vers 1925.

Hellstern & Sons, paire de salomés du soir, vers 1925.

Billetterie

Achetez votre billet en ligne pour les expositions et profitez d'un coupe-file

Infos pratiques

Musée Carnavalet
23, rue de Sévigné - 75003 Paris
Tél. : 01 44 59 58 58 ; Fax : 01 44 59 58 10
Ouvert tous les jours, de 10 h à 18 h
sauf les lundis, jours fériés, dimanches de Pâques et de Pentecôte

Dernier accès pour les visiteurs individuels à 17H.

Une aide à la visite est proposée sur place. Vous pouvez aussi la télécharger via le lien ci-dessous:
Aide à la visite

Un parcours enfant est disponible ci-dessous
à imprimer avant votre visite
Parcours enfant

 

Les musicales de Carnavalet

Concert durée 1h
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Pour plus d'informations cliquez ici

 

Billetterie en ligne

Eugène Atget, Paris

Eugène Atget, Paris

Pages

Subscribe to Musée Carnavalet - Histoire de la ville de Paris RSS