+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Planche nº 80, numérotée 89, des "Tableaux historiques de la Révolution française" (1791-1804). Journées des 31 mai, 1er et 2 juin 1793

Planche nº 80, numérotée 89, des "Tableaux historiques de la Révolution française" (1791-1804). Journées des 31 mai, 1er et 2 juin 1793

Jacques-François-Joseph Swebach-Desfontaines (dessinateur) et Gabriel Berthault (graveur)

Musée Carnavalet - Histoire de Paris
1793 (dessin), 1793-1817 (gravure)
Eau-forte
Hauteur : 20,8 cm. Largeur : 26,7 cm.
G 28785

Rendu responsable des revers militaires, le gouvernement girondin se trouvait en opposition croissante avec les Montagnards et les révolutionnaires parisiens. Il chercha à reprendre l’ascendant en faisant constituer par la Convention le 18 mai 1793 une « Commission des douze », chargée de dénoncer les complots contre la représentation nationale.

Cette mesure poussa le parti adverse à l’insurrection. Le 27 mai, l’enceinte de l’assemblée fut envahie une première fois. Dans la nuit du 30 au 31 mai 1793, les commissaires des sections parisiennes formant la Commune se réunirent en comité. Le lendemain, ils réclamèrent à la Convention l’arrestation des Girondins.

La Convention ayant refusé cette mesure, elle fut une nouvelle fois envahie, le 2 juin, par les hommes de la Garde nationale commandés par Hanriot. Le dessin de Schwebach-Desfontaines montre l’arrivé des gardes nationaux devant les Tuileries, où la Convention siégeait depuis le 10 mai. Sous la menace, l’assemblée décréta l’arrestation de 27 députés et de deux ministres girondins.

La voie était libre pour la prise du pouvoir par les Montagnards.

Auteur de la notice : Thierry Sarmant
Collection : Cabinet des arts graphiques
  • 43422-1.jpg


© Musée Cernuschi