+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Passy et Chaillot vus de Grenelle

Passy et Chaillot vus de Grenelle

Charles-Léopold Grevenbroeck
( - 1758)

Musée Carnavalet - Histoire de Paris
Salon de 1743
Huile sur cuivre
Hauteur: 68 cm Longueur: 124 cm
P2123

Le village de Passy, à vocation agricole, était desservi au milieu du XVIIIe siècle, par deux rues principales : la rue de Passy conduisant au château de la Muette (entre la chaussée de la Muette et la place de Colombie) et la rue Raynouard conduisant au château de Passy et au village d’Auteuil. Quelques rues transversales étaient percées : les rues des Vignes, de l’Annonciation, de l’Assomption, de la Tour (anciennement partie de la rue du Moulin de la Tour), Vineuse, Scheffer en partie (ancienne rue des Moulins), Beethoven (ancienne rue de la Montagne), rue Berton (ancienne rue du Roc), rue d’Ankara, rue Nicolo (ancienne rue des Carrières), rue du Docteur-Germain-Sée, des Eaux (ancien passage des eaux) et de Boulainvilliers en partie (entre la Seine et la rue Raynouard). Devant la Seine, la route de la Reine (actuelles avenues du président Kennedy et de New York) menait de Paris à Versailles.

Le nord de Passy, dépourvu de construction à l’exception de quelques moulins, était consacré essentiellement à la culture de la vigne qui occupait en 1789 une superficie de 24, 5 hectares, soit à peu près le quart de la surface du village. La toponymie garde encore le souvenir de cette activité.

Le sud de Passy comportait de nombreuses maisons de plaisance, établies à proximité de l’établissement des eaux thermales de Passy (entre les n° 24-28 avenue du Président Kennedy et le n° 19 rue Raynouard). En effet, l’historien Luc-Vincent Thiery constatait: «  ce village est remarquable par sa position intéressante sur une colline à la rive droite de la Seine. Sa proximité de la ville, ses eaux minérales, la vue riante et animée dont jouissent la plupart de ses maisons, le fait rechercher avec empressement par les particuliers aisés qui désirent se délasser de leurs travaux en respirant un air pur, et profiter de la promenade charmante du bois de Boulogne.» (Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris, 1787). Le château de Passy ou de Boulainvilliers (compris entre les n° 74-98 rue Raynouard, les n° 17-51 rue de Boulainvilliers, les rues de l’Assomption, des Vignes, Bois-le-Vent et l’avenue Mozart) fut acquis en 1722 par le banquier Samuel Bernard, puis passa en 1746 à son petit-fils Gabriel-Henri Bernard, marquis de Boulainvilliers, prévôt de Paris de 1766 à 1789. Flanqué d’une chapelle couronnée d’un dôme, il était doté d’un immense jardin faisant face à la Seine, orné de parterres raffinés et de bassins. L’architecte Robert de Cotte acheta en 1728 la propriété contigüe située au n° 72 rue Raynouard où il décéda en 1735. Son petit-fils Jules-François de Cotte en hérita en 1767 et la vendit en 1780 aux frères de l’Oratoire qui la louèrent.

L’hôtel de Lamballe (s’étendant entre le n° 17 rue d’Ankara, les rues du Docteur-Germain-Sée, Raynouard, Berton et la Seine) appartenait en 1775 à Louis-Charles Amable d’Albert, duc de Luynes, qui le vendit en 1783 à Marie-Thérèse de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe. Bâti en brique et pierre, l’édifice, surmonté d’un fronton cintré et muni d’un escalier à double révolution, possédait également un jardin, plus petit, donnant sur le fleuve. Il hébergea au XIXe siècle la clinique du docteur Blanche et abrite actuellement l’ambassade de Turquie.

A la suite de la faillite de Le Roy de Chaumont, l’hôtel de Valentinois où résida Franklin fut partagé le 8 octobre 1794 en trois lots. Le lot principal, incluant l’hôtel proprement dit et deux hectares de jardins, devint la propriété de Charles Vernes, fondateur de la banque Vernes. L’hôtel fut vendu en 1836 aux frères des Ecoles Chrétiennes qui le transformèrent en collège jusqu’en 1905, date à laquelle ils furent expulsés de France ; il fut démoli en 1909. Sur l’emprise des jardins, les industriels Singer père et fils réalisèrent entre 1838 et 1840 un lotissement bordé par la rue Singer.

Auteur de la notice : Miriam Simon
Collection : Peintures
  • img20_passy_et_chaillot_vus_de_grenelle_bd.jpg


© Musée Cernuschi