+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Arc de triomphe célébrant la visite de la reine Victoria et du prince Albert en France

Arc de triomphe célébrant la visite de la reine Victoria et du prince Albert en France

Anonyme

Musée Carnavalet - Histoire de Paris
Paris
17 au 28 août 1855
Daguerréotype
Hauteur : 8,4 cm Longueur : 17,3 cm
Ph 41632
Date d'acquisition: 26 janvier 2012

L’année 1855 est une étape importante dans les relations franco-anglaises. Après une visite officielle de Napoléon III et de l’impératrice Eugénie en Angleterre du 16 au 22 avril 1855, la reine Victoria et le prince Albert voyagent en France du 18 au 27 août 1855, à l’occasion de l’exposition universelle de Paris. L’empereur, qui est particulièrement soucieux de ses relations avec l’île britannique, accueille avec faste le couple royal. La reine, qui a alors 36 ans, est particulièrement impressionnée par leur arrivée dans la ville des lumières. Le cortège va de la gare de Strasbourg (actuelle gare de l’Est) jusqu’au château de Saint-Cloud. Des décors construits pour l’occasion jalonnent le parcours.
C’est dans ce contexte qu’a été pris ce daguerréotype stéréoscopique. Celui-ci montre un des arcs éphémères édifiés pour la visite des souverains. Orné des initiales des deux couples princiers, il se trouvait au niveau de la rue Le Peletier, sur le boulevard des Italiens.

En savoir +

A cette époque, la stéréoscopie est une invention récente (1850). D’origine franco-anglaise, elle est présentée au grand public, à Londres, lors de l’exposition universelle de 1851 au Crystal Palace. L’opticien parisien Louis Jules Duboscq montre un certain nombre de vues daguerriennes stéréoscopiques qui ont enthousiasmé la reine Victoria. Duboscq lui construira de ce fait un luxueux stéréoscope.
La stéréoscopie s’impose dans le monde entier comme moyen de visualiser toutes sortes de scènes, du paysage au portrait et à la scène de genre. L’apogée se situe au début du XXe siècle avec l’exposition universelle de 1900. Le daguerréotype stéréoscopique proposé ici est tout à fait remarquable. Sur le plan historique, un sujet comme celui-ci, témoignant des relations franco-britanniques développées sous le Second Empire, est exceptionnel à travers les documents photographiques de l’époque. Ce type d’iconographie (décors éphémères –par exemple pour le mariage de Napoléon III par Charles Marville ou Henri Le Secq) n’est pas fréquent sous forme stéréoscopique, donc visible en relief.
Une oeuvre emblématique de l’histoire de la photographie accompagne cet événement, l’album offert par Napoléon III à Victoria « Visite de Sa Majesté la reine Victoria et de Son Altesse royale le prince Albert, 18-27 août 1855 : itinéraire du Chemin de fer du Nord » avec des photographies d’Edouard Baldus qui montrent des lieux sur l'itinéraire emprunté en chemin de fer par la reine Victoria, avec l’empereur de Boulogne à Paris, mais ce ne sont que des paysages ou des vues de monuments.

Auteur de la notice : Françoise Reynaud
Collection : Photographies
Marques Inscriptions Poinçons : Initiales au verso du montage : « C.B. »
Mode d'acquisition : Achat
  • victoria_visit_france.jpg


© Musée Cernuschi