+ ALL CITY OF PARIS MUSEUMS

Discover all 14 City of Paris museums

» Fermer

Le roi Louis XVI se rend à l’Hôtel de Ville après le rappel de Necker le 17 juillet 1789

Le roi Louis XVI se rend à l’Hôtel de Ville après le rappel de Necker le 17 juillet 1789

Jean-Louis Prieur

Musée Carnavalet - Histoire de Paris
1789
Pierre noire, estompe, lavis gris et rehauts d’encre noire au pinceau
Hauteur: 18,4 cm Longueur: 24,4 cm
D7754

Ultime entrée triomphale de Louis XVI dans Paris, le cortège royal venant de Versailles mit plus de neuf heures pour atteindre la Place de Grève, tant l’enthousiasme populaire freina cette colonne tout au long du parcours. Louis XVI était attendu à l’Hôtel de Ville pour sanctionner des faits accomplis : l’élection de Bailly à la fonction de maire de Paris, et celle de La Fayette, au grade de commandant de la Garde nationale, qui, assurant l’ordre de ce jour, démontra sa puissance. Pour franchir le seuil de l’Hôtel de Ville, où l’attendait encore un trône royal, le roi dut passer sous une voûte d’acier faite des épées des membres de la nouvelle municipalité (scène historique que Jean-Paul Laurens a transcrit vers 1887, d’une façon grandiose en une large peinture murale, qui décore un salon de l’Hôtel de Ville actuel portant son nom). Bailly remit les clés de la Maison communale au roi en lui disant : « Sire, Henri IV avait reconquis son peuple ; ici c’est le peuple qui a reconquis son roi ». Le roi fixa alors sur lui la cocarde tricolore en signe d’union des couleurs royales et parisiennes.
Sur ce dessin très précis de la façade de l’ancien Hôtel de Ville du Boccador, on distingue, au tympan de la porte centrale, le haut-relief de Pierre Biard représentant Henri IV à cheval, commandé par l’échevinage parisien en 1605, et qui sera abattu avec tant d’autres au lendemain du 10 août 1792 (cf. no 133, ainsi que la vue assez identique de Duplessis-Bertaux pour le 105e Tableau : Attaque de la Maison commune, le 27 juillet 1794, gravé par Berthault, où l’arc doubleau apparaît dégarni). Le relief fut remplacé par Lemaire, en 1838. Après 1871, dernière vicissitude de cette effigie royale, le bronze de Lemaire fut déposé dans l’actuelle cour Henri IV du musée Carnavalet (inv. S. 3256).

Auteur de la notice : Roselyne Hurel
Salle : Cabinet des arts graphiques
Collection : Cabinet des arts graphiques
Mode d'acquisition : Dépôt du musée du Louvre au musée Carnavalet en 1934
Référence(s)

La révolution française, Le premier empire, dessins du musée Carnavalet, édité par les amis du musée Carnavalet, 1988.

  • 27035-18bd.jpg


© Musée Cernuschi